Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog Montagne (alpinisme, ski de rando, escalade) & voyages


Tour de la Meije: Brèche de la Meije au glacier de l'homme

Publié par Laurent sur 8 Mai 2016, 20:43pm

Catégories : #Ski de randonnée

Dernière étape de notre tour de la Meije. La météo annonce variable avec possiblement des nuages et des sommets accrochés.. La matin au départ vers 06h00, il fait beau, pas un nuage, donc feu, tout comme les vingt autres personnes dans le refuge qui finissent leur tour.

On démarre assez tot en crampons car la brèche de la Meije n'est pas très loin et la neige béton pour descendre la petite pente du refuge. Mais au bout de 20 minutes, Cécile se rend compte qu'elle a oublié un bâton au refuge...du coup je fais un aller retour en speed pour le récupérer mais m'use un peu, les mollets.

Je sens bien la fatigue des jours précédents dans la montée à la Brèche en bonne marches . Arrivés à la brèche on décide de dés-escalader, (j'ai une corde de 30m mais le rappel fait 35m ) c'est pas très dur mais expo, et avec les skis et les sacs faut pas s'accrocher, on met un peu de temps à descendre et on se fait distancer par les quelques cordées de jeunes devant nous.

Arrivés sur le glacier on reste encordés pour la descente étant donné qu'il a réputation d'être bien crevassé. Un bon exercice de coordination mais faut pas emmêler la corde dans les skis. On chausse un peu avant les séracs et on attaque la montée, superbe ambiance sous la pyramide froide, austère et raide de la face nord de la Meije, la plus belle des montagnes des Ecrins.

Suis content d'être là après avoir gravi la Meije en 2007 et avoir maintes fois visualisé ce glacier suspendu depuis La grave ou les vallons de la Meije, mais cela reste un peu engagé car c'est crevassé, il y a des séracs et la sortie est par le haut !

On remonte et traverse avant d'enlever les peaux pour une mini descente qui mène au dernier couloir: le Serret du savon. Il est en super marches dures et faciles à cramponner mais ça prend un peu de temps à remonter ces 180m, on y va cool et on débouche au sommet du couloir avec le soleil, bien contents...

Sauf que le soleil ne va pas durer...les nuages couvrent déjà tout le bas du glacier et il y a un plafond bien épais. Très vite en 10 minutes on est dans le brouillard et on arrive au refuge de l'Aigle avec vent et brouillard ou on voit pas à 10 mètres...je suis bien énervé car la descente du glacier de l'homme est exposé au séracs, je connais pas et même avec une trace GPS dans le smartphone c'est pas une balade dans les Aravis...

En plus avec ce brouillard j'ai peur que la neige soit béton...On monte au refuge de l'aigle et je sens le stress monté, car le temps annoncé est mauvais pour les prochains jours, et en plus le refuge n'est plus gardé dès aujourd’hui, pas envie de rester coincé la haut, amis aucune envie d'attaquer la descente à vue sans visibilité au milieu des séracs et crevasses...

En arrivant au refuge on croise le groupe de jeunes qui ont eu le temps de faire la Meije Orientale en aller retour, mais aussi le gardien et une autre personne seule. Le gardien descend et nous d'y d'attendre qu'il va nous guider & connait bien les lieux...Bref ça rassure un peu..sauf que le départ est bien raide, une pente à un bon 35/40 en neige béton glacée avec visi à 10m ...Louis la gardien nous propose de mettre une main courante.

Il installe un corps mort, je descend en dérapage contrôlé encordé sur demi cab, ca permet de freiner et d'éviter de filer tout en bas en cas de glissade... Cécile suit juste derrière et une autre personne juste derrière. Du coup je laisse la place et on attend le Gardien.

Celui ci laisse filer la cordée sur le glacier pour pas avoir à la lover du haut mais malheureusement personne ne pense à la récupérer en bas...les boulets...

Bon finalement la corde s'est arrêté dans la pente de neige juste au dessus de nous mais avec le brouillard on voyait pas bien.

Après cette première section, on continue dans une neige béton, rempli  de vieiiles traces et souvent de boules de glaces dures du aux séracs... ça fait pas rire. On s'arrete peu, on dérape beaucoup, les fixs sont bloqués pour pas déchausser, faut pas se faire de genou.
A  un moment Louis nous dit de ne pas nous arrêter car on est sous la menace des séracs...J'ai les cuisses qui fument, le groupe est devant moi dans le brouillard, je skie mal et j'ai l'impression que mes zag top en poudreuse sont trop souples et trop larges et accrochent pas sur cette neige glacée, voir sur la glace...Bref un moment de solitude cette partie de la descente qui parait interminable.

Enfin au bout d'un moment la visibilté s'améliore et on voit à plus de 5 m! La neige s'adoucie peu à peu au fur à mesure qu'on descend mais on doit rester vigilant car il y a encore des séracs. En fait il y a quelques jours une grosse chute de séracs à ravagé toute la neige en haut et fait apparaître cette neige glacée sur la partie haute. On finit dans la neige sablée (sable du Sahara) puis par un border cross à côté d'un torrent avant de déchausser sur 100 avant le torrent..Ouf le stress redescend, on traverse la Romanche et on peut enfin aller déjeuner. On invite Louis notre sauveur du jour au restau du col du Lautaret, le seul ouvert et on reprend contact avec la civilisation vu que dans les Ecrins aucun réseau ne passe, on s'est passé de 3G pendant 4 jours :-)

Bref une sacrée journée, et la fin d'un tour mémorable ou la montagne nous aura fait vivre de belles émotions, ou on a rencontré plein de gens sympas & vu des paysages grandioses

Les photos:

DSC03629-2-1 DSC03628-1 DSC03630-1 DSC03631-1 DSC03632-1 DSC03633 DSC03634-1 DSC03640-1 DSC03639-1 DSC03644-1 DSC03645-1 DSC03646-1 DSC03647-1 DSC03648 DSC03649-1 DSC03652-1 DSC03655-1 DSC03655-2-1 DSC03657-1 DSC03662-1 DSC03663-1 DSC03665 DSC03668-1 DSC03673-1 DSC03674-1

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents